Agenda
des salons
et des festivals
Annuaire
des professionnels
Formations
et rencontres
professionnelles
Publications
des auteurs
et des éditeurs
Service juridique
et comptable
Offres d’emplois
et annonces

Actualité – Libraires

[Pages de Bretagne] Librairies, une pluie de créations


En Bretagne comme sur l’ensemble du territoire national, les ouvertures de librairies se multiplient en 2021. Effet retard dû à la crise sanitaire ou vague de reconversion pour aspirer à une vie meilleure, les causes sont multiples et les profils variés.

2021 sera-t-elle l’année de tous les records ? Alors que ses six premiers mois s’achèvent, la Bretagne a déjà enregistré autant de créations de librairies que sur la totalité de 2020. Entre janvier et juin, sept structures ont vu le jour, dont deux tiers dans le Morbihan : La Veilleuse à Bangor, Fracas et À la ligne à Lorient, Les Hirondelles à Saint-Jean-Brévelay et La Grande Évasion à La Gacilly (56). Le Chat miro à Concarneau (29) et Babelle à Plouha (22) complètent le paysage alors que La Grange aux livres s’annonce pour l’été à Augan (56). Et si les projets toujours dans les tuyaux au printemps aboutissent, la Bretagne se sera enrichie, au minimum, de 12 nouvelles boutiques en 2021, un chiffre rarement atteint depuis le tournant des années 2000. Du côté des reprises, la dynamique est identique. Six librairies ont été transmises entre janvier et juin contre deux pour tout 2020 : L’Aire de Broca à Pont-L’Abbé (ex Librairie Guillemot), Les Déferlantes à Morlaix (ex À la Lettre thé), Le Silence de la mer à Vannes, Les Passeurs de mots à Sarzeau, Le Pain des rêves à Saint- Brieuc et Quai de l’imaginaire à Audierne.


Cette effervescence n’est pas propre à la région. Sur tout le territoire français, les projets fleurissent. « Nous sommes submergés par une vague de dossiers », reconnait Didier Grevel, directeur de l’Adelc (Association pour le développement de la librairie de création). Même son de cloche dans les différents centres régionaux du livre et à L’École de la librairie, qui a rempli ses neuf sessions de formation pour « créer ou reprendre une librairie » programmées en 2021.


Multifactoriel, ce mouvement trouve l’une de ses origines dans les mathématiques. En raison de l’allongement du traitement des dossiers, certaines ouvertures prévues en 2020 se sont reportées sur le début de 2021. Mais il fait aussi écho aux 848 200 entreprises créées l’année dernière en France (1), un autre record que les analystes attribuent à la crise sanitaire. Les différents confinements, et notamment le premier, ont fait beaucoup réfléchir les Français qui envisagent un retour à la campagne et privilégient une activité ayant du sens. Des aspirations auxquelles la librairie, notamment en Bretagne, peut donner corps. « Les projets orientés vers les cafés-librairies et plutôt installés dans des environnements ruraux ont le vent en poupe », reconnaît Marie-Cécile Grimault, chargée de l’économie du livre à Livre et lecture en Bretagne. La bonne santé du secteur a sans doute également renforcé son aspect attrayant et sa capacité à faire rêver les candidats à la reconversion ou des jeunes « qui ne veulent plus attendre », note Caroline Meneghetti, directrice de l’École de la librairie. Reste que la plupart des projets éclos en 2021 en Bretagne, mûris bien avant la crise sanitaire, ont fait l’objet « d’une démarche sérieuse et d’un minimum de formation », note Marie-Cécile Grimault, ou sont carrément portés par des libraires de métier comme Dominique Bernardé (À la ligne, Lorient), Delphine Le Borgne (L’Aire de Broca, Pont-l’Abbé) ou Lénaïg Jezequel (Les Déferlantes, Morlaix).


(1) Source INSEE


Un article de Cécile Charonnat, pour la revue Pages de Bretagne, n°50, juillet-décembre 2021