Agenda
des salons
et des festivals
Annuaire
des professionnels
Formations
et rencontres
professionnelles
Publications
des auteurs
et des éditeurs
Service juridique
et comptable
Offres d’emplois
et annonces
AccueilLes acteurs du livreÉditeurs – éditricesActualités

Actualité – Auteurs / Éditeurs / Bibliothèques / Libraires / Manifestations littéraires / Publics éloignés

[Pages de Bretagne] Portrait de bibliothécaire - Mathilde Chauvigné, Directrice de la Bibliothèque départementale du Finistère


photo [Pages de Bretagne] Portrait de bibliothécaire - Mathilde Chauvigné, Directrice de la Bibliothèque départementale du Finistère

En mars 2021, Mathilde Chauvigné a pris les rênes de la Bibliothèque du Finistère à Quimper. Gérée par le Conseil départemental, cette structure fournit des ressources aux bibliothèques et aux médiathèques des petites communes et aux réseaux de Concarneau- Cornouaille- Agglomération et de Quimperlé-Communauté.

Excepté la décoration, sobre, rien ne distingue au premier coup d’oeil la Bibliothèque du Finistère d’une médiathèque traditionnelle. Les ouvrages de la collection Jeunesse, le fonds breton et les DVD sont bien alignés sur les étagères. La différence se situe au niveau de la logistique, puisque les 338 000 documents qu’elle possède ne sont pas prêtés directement aux usagers, sauf à l’antenne de Plonévez-du-Faou qui est aussi une médiathèque. Ils complètent, par un système de réservation et de navettes, la collection des communes de moins de 10 000 habitants. « Des navettes sont assurées par les agents de la Bibliothèque départementale, et les médiathèques des communes qui veulent modifier leur fonds de manière importante viennent sur place faire des échanges », explique Mathilde Chauvigné. La Bibliothèque du Finistère coordonne aussi des projets comme Ado d’Mots (ateliers d’écriture avec des auteurs), et permet aux lecteurs et lectrices d’accéder aux ouvrages du fonds Facile à Lire.

Continuer à former, notamment au multimédia

Mathilde Chauvigné s’est penchée sur la question de la fracture numérique pendant son précédent poste à Tours, sa ville d’origine, à partir de 2013. Elle occupait alors la fonction de directrice déléguée du Livre et de la Lecture Publique de Touraine. « Dans plusieurs bibliothèques, les équipes elles-mêmes, au moins en partie, ont tout à fait le profil des personnes exclues de la culture numérique », écrivait-elle dans un rapport qui sonne avec énormément de justesse dans le Finistère.
Dans les petites communes, en appui des agents, ce sont en effet les bénévoles qui assurent l’ouverture et l’accueil des médiathèques. Ils doivent être spécialistes de tout, y compris pour présenter le catalogue en ligne (ebooks, films, apprentissage des langues…). Mathilde Chauvigné regrette que beaucoup d’entre eux aient baissé les bras à cause des contraintes sanitaires. « Le rôle social des médiathèques a presque disparu. Ces petites bibliothèques et médiathèques sont pourtant le seul endroit où l’on peut entrer et s’asseoir gratuitement, sans qu’on vous demande quoi que ce soit. » La Bibliothèque du Finistère forme justement les équipes sur le terrain. La directrice de 42 ans compte amplifier le travail de médiation pour faire connaître la richesse de l’offre, dont les ouvrages les plus rares, et rassurer les bénévoles et les usagers face au numérique.

Diversifier l’offre pour capter le public éloigné du livre

Mathilde Chauvigné découvre la face cachée des bibliothèques à l’occasion de remplacements. Elle est alors étudiante en Lettres à Paris. Faire le lien entre la culture et le social la passionne. Elle intègre l’ENSSIB, l’École Nationale Supérieure des Sciences de l’Information et des Bibliothèques, à Villeurbanne. Son diplôme de conservateur territorial des bibliothèques en poche, elle supervise entre 2006 et 2010 le déménagement de la médiathèque de Fougères Communauté. « L’action culturelle, la politique d’accueil, les collections étaient à revoir car nous passions d’une bibliothèque ancienne à un établissement très moderne », se souvient-elle. Le contact avec les usagers a, depuis, laissé place au management et à l’innovation. Mathilde Chauvigné doit à la fois répondre aux besoins de ses collègues des bibliothèques et médiathèques de proximité, et aux attentes des lectrices et des lecteurs qui peuvent être tentés de se rapprocher des grandes villes pour trouver un livre. « Les usagers des petites communes ont la même exigence, mais comment parler de concurrence quand on peut se rendre à pied à sa bibliothèque de quartier ou trouver un endroit plus cocooning ? »

Bibliothèque du Finistère, Antenne du Pays de Cornouaille
12 rue Anne Robert Jacques Turgot 29 000 Quimper
T. 02 98 95 88 12

Un reportage radiophonique complémentaire à cet article a été réalisé par notre partenaire RCF Finistère.

Texte et photos de Christophe Pluchon, article paru dans le n°51 de la revue Pages de Bretagne, décembre 2021.