Agenda
des salons
et des festivals
Annuaire
des professionnels
Formations
et rencontres
professionnelles
Publications
des auteurs
et des éditeurs
Service juridique
et comptable
Offres d’emplois
et annonces

AccueilLes acteurs du livreÉditeurs – éditricesService juridique

Question juridique – Auteurs / Éditeurs

B.A.T. auteur et éditeur

L’auteur juge très souvent l’iconographie de qualité insuffisante ou approximative, notamment sur les couleurs ou le piqué. Comment être d’accord entre auteur et éditeur sans heurts ?
Éditeur de beaux livres avec des reproductions de photographies, peintures ou sculptures, comment régler avec l’auteur la question du «Bon à tirer» (BAT), qui permet de lancer l’impression en nombre du livre ?
Réponse (23/10/2018)
Il convient avant tout de se référer au contrat.
C’est en précisant au mieux la notion de BAT que la situation sera la plus aisée à régler.

A l’ère numérique, on peut distinguer différents types de BAT:
- Le BAT envoyé en PDF par e-mail, simplement affiché à l’écran;
- Ce même fichier, imprimé sur l’imprimante du destinataire;
- Une impression papier effectuée et certifiée par l’imprimeur, envoyée par courrier;
- Une épreuve juste avant tirage, sortie de la chaine d’impression de l’imprimeur.

La dernière solution est évidemment la plus chère mais aussi la plus fiable.
L’impression certifiée par l’imprimeur reste une solution médiane quant au coût et au rendu qui devrait permettre de mettre tout le monde d’accord.

La solution à mettre en œuvre, pour un livre photos par exemple, consiste à vraiment soigner cet aspect dans la relation auteur-éditeur, mais aussi (et surtout?) dans la relation éditeur-imprimeur.

Les stipulations sur le bon de commande, le devis ou le contrat avec l'imprimeur, mais aussi avec l'auteur, doivent être précises sur ce point loin d’être anodin, tout le monde ayant intérêt à ce que le livre plaise et se vende bien, avec une qualité irréprochable.

Une fois la définition du BAT précisée dans le contrat, il convient également de préciser le processus d’acceptation et de modification du BAT par l’auteur pour éviter le blocage.
On peut prévoir par exemple un système d’échange de BAT, BAT modifié une fois, deux fois puis décision de l’éditeur seul.
Et dans tous les cas, on le constate, soigner le relationnel au maximum pour assouplir les différends éventuels.